Le Horla

Le Horla, D'après la nouvelle de Guy de Maupassant

Mise en scène : Caroline Cousineau

Avec Caroline Cousineau et David Louwerse au Violoncelle

PRÉSENTATION

Une adaptation musicale de la célèbre nouvelle de Guy de Maupassant :

Un homme qui vit seul dans une grande maison normande en compagnie de ses domestiques sent son état mental se détériorer au fils des jours. Fièvre et malaises s'accompagnent de la sensation qu'un être invisible vit auprès de lui, un être qui semble se nourrir d'eau et de lait, un être qui peut bouger les choses, un être qui entre en lui... Après des voyages au Mont Saint Michel puis à Paris, l'état de cet homme s'aggrave et s'approche dangereusement de la folie jusqu'à un final terrifiant...

Le spectateur, accroché aux lèvres de la comédienne Caroline Cousineau qui raconte à la première personne le quotidien de ce personnage, suit grâce à son journal, ses angoisses, ses rêves et ses terreurs, avec un fond musical les splendides et envoûtantes suites pour violoncelle de B. Britten interprétées par David Louwerse. Un spectacle qui emmène le public dans l'univers poétique et merveilleux de Maupassant et celui, profond et fanatique de Britten.

Ce spectacle est une rencontre entre deux œuvres exceptionnelles :

- « Le Horla » de Guy de Maupassant, dont l'écriture est un délice.

- « Les suites pour Violoncelle» de Benjamin Britten, composées un demi-siècle plus tard en Angleterre mais dont l'atmosphère reflète merveilleusement l'esprit de la nouvelle.

 

 

NOTE D'INTENTION

 

« Ce spectacle est né de beaucoup d'envies :

Celle de défendre avec passion un texte dont chaque mot, chaque phrase, chaque paragraphe est d'une beauté époustouflante.

Celle de travailler sur la folie : à quelles profondeurs le cerveau humain est- il capable de sombrer et quelle distance le comédien doit-il mettre avec son personnage pour ne pas sombrer également..... ?

Et puis enfin l'envie de joindre la musique aux mots, une musique qui ne serait pas un accompagnement mais un deuxième personnage.

Le violoncelliste David Louwerse m'a proposé, comme une évidence, les suites de B.Britten......S'ils n'avaient pas vécu à deux époques différentes dans deux pays différents, j'aurais juré que Britten et Maupassant se connaissaient !

On entend la Normandie dans ces suites, celle de Maupassant : sombre, venteuse, magnifique. On entend les tourments également, des tourments proches de la folie.

Maupassant dans cette nouvelle laisse la liberté au lecteur de décider : le horla existe-t-il ou bien est-ce la création d'un esprit malade ?

J'ai choisi de laisser cette même liberté au spectateur en interprétant le personnage tel qu'il se décrit dans son journal, jour après jour. Sans parti pris et surtout sans jugement.

Le horla tel qu'il l'entend, le sent, et même le voit parfois est représenté par le violoncelle : Peu présent au début, il est très peu éclairé et les suites choisies nous parlent de la mer, des côtes, du vent.

Au fur et à mesure que le horla s'impose au personnage, que sa folie s'installe, le violoncelle est éclairé d'une lumière de plus en plus vive et les suites nous emmènent dans l'angoisse, dans la folie tandis que le personnage évolue dans l'obscurité. 

J'aime à penser que l'on ne sort pas de ce spectacle comme l'on y est entré.... »

 

Caroline Cousineau

 

 

 


 

Pour avoir des informations concernant les tarifs et la mise en place de la scène, rendez-vous ici.

12615247 1098970233460516 7180260647700275313 o

Date de dernière mise à jour : 11/02/2017